Cristal collectif pour la PLM-team

Vie des labos

Le cristal collectif distingue des équipes de femmes et d’hommes, personnels d’appui à la recherche, ayant mené des projets dont la maîtrise technique, la dimension collective, les applications, l’innovation et le rayonnement sont particulièrement remarquables. En 2021, un cristal collectif a été attribué à la PLM-team. Félicitations !

Le réseau thématique Mathrice, acronyme de Math, réseau d’information, de communication et d’échange, fêtait ses 20 ans en 2020. C’est d’abord un réseau de métiers des administrateurs et administratrices systèmes et réseaux (ASR) des unités de mathématiques. Ce réseau a construit à usage de toute la communauté mathématique un ensemble de services auxquels on accède via l’interface https://services.math.cnrs.fr. Ces services sont regroupés au sein de la plateforme en ligne mathématique (PLM), plateforme au titre de laquelle a été attribué le cristal collectif 2021 pour les membres de l’équipe qui la gèrent (la PLM-team) :

  • Sylvain Allemand, administrateur systèmes réseaux, Université de Bordeaux - Institut de mathématiques de Bordeaux1 ;
  • Laurent Azéma, chef de projet et expert en infrastructures, CNRS - Grenoble Alpes recherche-Infrastructure de calcul Intensif et de données2 ;
  • Jacquelin Charbonnel, chef de projet et expert en infrastructures, CNRS - Laboratoire angevin de recherche en mathématiques3 ;
  • Philippe Depouilly, chef de projet et expert ingénierie logicielle, CNRS - Institut de mathématiques de Bordeaux4 ;
  • David Delavennat, chef de projet et expert en infrastructures, CNRS - Centre de mathématiques Laurent Schwartz5 ;
  • Laurent Facq, chef de projet et expert ingénierie logicielle, CNRS - Institut de mathématiques de Bordeaux6 ;
  • Damien Ferney, chef de projet et expert en infrastructures, Université Clermont Auvergne - Laboratoire de mathématiques Blaise Pascal7 ;
  • Mohammed Khabzaoui, chef de projet et expert en infrastructures, Université de Lille - Laboratoire Paul Painlevé8 ;
  • Sandrine Layrisse, administratrice systèmes réseaux, Université de Bordeaux - Institut de mathématiques de Bordeaux9 ;
  • Henri Massias, expert en calcul scientifique, CNRS – XLIM10 ;
  • Jirung Albert Shih, chef de projet et expert en infrastructures, CNRS - Observatoire de Paris11 ;
  • Romain Théron, administrateur systèmes réseaux, Université d’Orléans - Institut Denis Poisson12.

plm team

Les services de la PLM peuvent être classés en trois groupes.

  • Des outils développés autour d’une collecte d’information basée sur le maillage national de Mathrice : annuaire de la communauté (et pas uniquement des membres des UMR dont le CNRS est tutelle, encouragé en cela par l’Insmi dans le cadre de sa mission nationale d’animation de cette communauté), agenda mathématique qui permet l’annonce de séminaires et colloques.
  • Des outils de facilitation du travail en mobilité (accès depuis tout réseau et à certains outils de son unité par VPN), serveur SMTP authentifié, adresse @math.cnrs.fr pérenne avec boîte aux lettres Imaps, webmail, copie SSH sur un disque redondé, synchronisation Seafile (PLMbox) ; mutualisation de jetons pour des logiciels scientifiques (Matlab et Maple)…
  • Des outils collaboratifs : création de sites web, de listes de diffusion, d’événements (indico), de partage de documents ; logiciels de gestion de versions décentralisés (par exemple Git en ligne de commande ou via une interface Web : PLMlab) ; éditeurs collaboratifs en LaTeX et Markdown, suite bureautique… ; moyens de communication : serveurs BigBlueButton, messageries instantanées ; questionnaire (PLMsurvey).

Une fonction d’invitation permet la collaboration au-delà de la communauté nationale. Les membres de la communauté mathématique française peuvent créer des comptes PLM-invités pour leurs collaborateurs et collaboratrices. Un tel compte pourra être utilisé pour accéder aux services collaboratifs mais ne permet pas d’inviter de nouvelles personnes.

La technologie des conteneurs docker permet d’instancier des projets indépendants les uns des autres et donne encore plus d’autonomie à l’utilisateur et à l’utilisatrice pour allouer, organiser, configurer les éléments nécessaires à la mise en place d’applications web. Des mécanismes de sauvegarde sécurisent le processus et permettent le retour en arrière.

Quelques données numériques :

  • Le 1er mars 2020, le nombre de comptes PLM s’élève à 5513 (rappelons que certains services peuvent être utilisés sans compte) ;
  • 2800 personnes utilisent la PLMbox (c’est-à-dire synchronisent régulièrement des données) ;
  • 2500 projets sont suivis par le logiciel de gestion de version décentralisé ;
  • 8000 personnes utilisent PLMLaTeX ;
  • Près de 400 listes de diffusion sont actives ;
  • Sur le site de Bordeaux, 19 000 sessions de visioconférences ont été lancées en un an (il y a aussi un site à Grenoble et un à Orsay) ;
  • L’ensemble des services utilise un stockage de 20To.
  • 1. IMB, UMR5251, Bordeaux INP, CNRS & Université de Bordeaux.
  • 2. Gricad, UAR3758, CNRS, Inria & Université Grenoble Alpes.
  • 3. Larema, UMR6093, CNRS et Université d’Angers.
  • 4. IMB, UMR5251, Bordeaux INP, CNRS & Université de Bordeaux.
  • 5. CMLS, UMR7640, CNRS & École polytechnique.
  • 6. IMB, UMR5251, Bordeaux INP, CNRS & Université de Bordeaux.
  • 7. LMBP, UMR6620, CNRS & Université Clermont Auvergne.
  • 8. LPP, UMR8524, CNRS et Université de Lille.
  • 9. IMB, UMR5251, Bordeaux INP, CNRS & Université de Bordeaux.
  • 10. XLIM, UMR7252, CNRS & Université de Limoges.
  • 11. OBS Paris, UMS2201, CNRS et Observatoire de Paris.
  • 12. IDP, UMR7013, CNRS, Université d’Orléans & Université de Tours.

Cristal collectif du CNRS 2021